L'Ankou le serviteur de la mort, malchance et malheur.

Publié le par MisterChance

source: google.fr

source: google.fr

L'Ankou (an Ankoù) est la personnification de la mort en Basse-Bretagne, son serviteur (obererour ar maro). C'est un personnage de premier plan dans la mythologie bretonne, revenant souvent dans la tradition orale et les contesbretons1. L'Ankoù est parfois - à tort - confondu avec le diable, très présent aussi dans la mythologie bretonne.

Il ne représente pas la mort en elle-même, mais son serviteur : son rôle est de collecter dans sa charrette grinçante (karr / karrik an Ankoù, char de l'Ankou ou karrigell, brouette) les âmes des défunts récents. Remplissant ainsi un rôle de « passeur d'âmes », l'Ankou est à considérer comme une entité psychopompe. Lorsqu'un vivant entend le bruit de la charrette (wig ha wag !), c'est qu'il (ou selon une autre version, quelqu'un de son entourage) ne va pas tarder à passer de vie à trépas. On dit aussi que celui qui aperçoit l'Ankoù meurt dans l'année.

« L'Ankou est l'ouvrier de la mort (oberour ar marv). Le dernier mort de l'année, dans chaque paroisse, devient l'Ankou de cette paroisse pour l'année suivante. Quand il y a eu, dans l'année, plus de décès que d'habitude, on dit en parlant de l'Ankou en fonction :

On dépeint l'Ankou, tantôt comme un homme très grand et très maigre, les cheveux longs et blancs, la figure ombragée d'un large feutre ; tantôt sous la forme d'un squelette drapé d'un linceul, et dont la tête vire sans cesse au haut de la colonne vertébrale, ainsi qu'une girouette autour de sa tige de fer, afin qu'il puisse embrasser d'un seul coup d'œil toute la région qu'il a mission de parcourir.

Dans l'un et l'autre cas, il tient à la main une faux. Celle-ci diffère des faux ordinaires, en ce qu'elle a le tranchant tourné en dehors. Aussi l'Ankou ne la ramène-t-il pas à lui, quand il fauche ; contrairement à ce que font les faucheurs de foin et les moissonneurs de blé, il la lance en avant. » (source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Ankou)

Toutes ces croyances profondes et craintes ont accentué le malheur et la malchance dans le mot même de "ANKOU" .
Le mot vibre en capital chance négatif à (moins) -1,3/3. Ce qui est b
eaucoup.

Le mot en incantation peut aussi bien faire du mal a la personne qui l'invoque, en lui pompant son énergie etherique vitale si le "messager" se colle sur lui.

source: google.fr

source: google.fr

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article